Sélectionner une page

Le compte à rebours est lancé !

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

jusqu’au premier Secondhand Day national,
le 26 septembre 2020.

De quoi s’agit-il ?

Le 26 septembre 2020 : seconde main, premier choix ! 
La seconde main ne s’adresse pas uniquement aux économes, aux collectionneurs ou aux acheteurs de voitures d’occasion : c’est aussi une manière de donner une seconde vie aux articles inutilisés qui encombrent nos caves. Nous pouvons ainsi réduire la quantité de marchandises neuves qui doivent être produites et transportées.

Concrètement, qu’est-ce que ça signifie ? Que tu préserves l’environnement.
Lorsque tu achètes des articles de seconde main, tu réduis les émissions de CO₂. Les économies réalisées peuvent être calculées. Ainsi lors du Secondhand Day, nous afficherons ces chiffres pour tous les articles usagés présents sur Ricardo.

Pourquoi organiser un Secondhand Day ?
Parce que nous souhaitons secouer les principes de la consommation linéaire. Il est en effet grand temps de lancer un appel haut en couleurs à travers toute la Suisse pour changer durablement le comportement de consommation au quotidien.

Pourquoi acheter lors du Secondhand Day ?

Un achat = un arbre

Plus précisément : pour tout achat de seconde main effectué le 26.9 sur Ricardo, nous planterons un arbre. Cela nous permet ainsi de renforcer l’impact positif de ton achat de seconde main sur l’environnement.

Les émissions de CO₂ deviennent visibles !

Pour chaque produit posté sur Ricardo, nous afficherons les économies que tu pourras effectuer en optant pour ceux-ci plutôt que pour des articles neufs. À la fin de la journée, nous additionnerons et présenterons les économies de CO₂ réalisées. Tu pourras ainsi voir l’impact concret des achats de seconde main en matière de protection de l’environnement.

Compenser les émissions de CO₂ ? Déjà fait.

Fais-toi plaisir et garde la conscience tranquille : en effet, contrairement aux achats de marchandises neuves souvent venues de loin, nul besoin de compenser les émissions de CO₂ des articles locaux de seconde main.

 

Ton impact est mesurable

Une étude de notre partenaire myclimate a permis d’évaluer les économies de CO₂ effectuée en achetant des articles usagés de nos catégories les plus populaires.

Les principaux éléments pris en considération sont :

La fabrication

Quelles matières premières sont nécessaires à la fabrication du produit ? Quels procédés industriels sont employés ?

L’emballage

De quelles matières premières se compose l’emballage ? Quelle est la taille de celui-ci ?

Le transport

Où le produit est-il fabriqué ? Est-il transporté jusqu’en Suisse par bateau, avion ou camion ?

Comment fonctionne la méthode de mesure ?


Moyenne des économies de CO₂
Les réductions d’émissions déterminées s’appliquent par offre/article de biens d’occasion (état de l’article : d’occasion) et ne peuvent être associées à de nouveaux produits mis en vente. La méthode de mesure se base sur les émissions minimales de chaque article. Cela a pour but de tenir compte des différents paramètres liés à un produit (matériau, production, origine, etc.). Dans certaines catégories, il s’agit de données approximatives qui peuvent très largement varier des émissions réelles dans certains cas. Il s’agit donc de valeurs moyennes au sein de la catégorie de produits concernée. Cependant, sur une année complète et sur l’ensemble des produits vendus, ces variations doivent être largement relativisées.

Équivalents CO₂ (CO₂e)
Les équivalents CO₂ (CO₂e) sont une unité de mesure visant à uniformiser l’effet climatique des différents gaz à effet de serre (par ex. l’oxyde nitreux, le méthane, les hydrofluorocarbures). En savoir plus >>

En détail
De nombreux articles usagés offrent la même durée de vie que des produits neufs. Ils peuvent même totalement remplacer ces derniers. Dans les pays européens, les objets utilitaires tels que les meubles, les vêtements ou les jouets sont bien souvent jetés alors même qu’ils sont encore en bon état.

Une catégorie fait exception, ce qui engendre des discussions tout à fait légitimes : les articles électroniques. Au bout de trois ans, un téléphone portable n’a pas trois années de plus devant lui.

La méthode de mesure prend en compte la fabrication, l’emballage et le transport des articles neufs. En effet, le transport est responsable d’une partie des émissions de CO₂. C’est pourquoi une différence est faite entre les produits ou les composants fabriqués en Asie (Chine/Inde) et ceux fabriqués en Europe. Pour les marchandises en provenance d’Asie, le calcul s’effectue sur la base d’un transport effectué par navire de haute mer jusqu’à Rotterdam, par transport fluvial jusqu’à Bâle puis par camion pour leur distribution à travers la Suisse. Pour les articles fabriqués en Europe, on estime que le transport s’effectue par camion.

En comparaison avec les émissions générées par la fabrication, l’emballage et le transport, les émissions résultant de l’exploitation de la plateforme Ricardo, ainsi que du transport des articles usagés vendus, se limitent à un tout petit pourcentage à un chiffre.

Ces chiffres que nous devons changer

184 gigatonnes


Selon les estimations, c’est la quantité de ressources qui seront extraites de notre planète chaque année à partir de 2050

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? Cela veut dire que chaque année, pour la production industrielle, nous allons extraire de notre planète l’équivalent de 46 fois le lac de Zurich.

2%

La part du commerce de seconde main sur le volume total des ventes au détail en Suisse

Chaque année, les Suisses et Suissesses achètent pour env. 50 milliards de francs de marchandises neuves (hors alimentation). Les articles de seconde main représentent environ 1 milliard de francs, soit seulement 2 pour cent du volume total des ventes au détail. 

14 tonnes

La quantité de CO₂ émise par chacun*e d’entre nous tous les ans

Notre empreinte est calculée à partir des émissions directes de CO₂ en Suisse, auxquelles s’ajoutent celles causées par la production de marchandises étrangères destinées au marché suisse, ainsi que par leur transport.

1'120

Le nombre de hêtres nécessaires pour filtrer les émissions de CO₂ de chaque individu en Suisse

Le hêtre, arbre largement répandu, absorbe à l’âge adulte 12,5 kilos de CO₂ par an. Il faut donc 80 hêtres pour compenser une tonne annuelle de CO₂, soit 1’120 arbres par individu pour absorber nos émissions.

14 tonnes

La quantité de CO₂ émise par chacun*e d’entre nous tous les ans

Notre empreinte est calculée à partir des émissions directes de CO₂ en Suisse, auxquelles s’ajoutent celles causées par la production de marchandises étrangères destinées au marché suisse, ainsi que par leur transport.

1'120

Le nombre de hêtres nécessaires pour filtrer les émissions de CO₂ de chaque individu en Suisse

Le hêtre, arbre largement répandu, absorbe à l’âge adulte 12,5 kilos de CO₂ par an. Il faut donc 80 hêtres pour compenser une tonne annuelle de CO₂, soit 1’120 arbres par individu pour absorber nos émissions.

184 gigatonnes


Selon les estimations, c’est la quantité de ressources qui seront extraites de notre planète chaque année à partir de 2050

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? Cela veut dire que chaque année, pour la production industrielle, nous allons extraire de notre planète l’équivalent de 46 fois le lac de Zurich.

2%

La part du commerce de seconde main sur le volume total des ventes au détail en Suisse

Chaque année, les Suisses et Suissesses achètent pour env. 50 milliards de francs de marchandises neuves (hors alimentation). Les articles de seconde main représentent environ 1 milliard de francs, soit seulement 2 pour cent du volume total des ventes au détail. 

En savoir plus sur Ricardo ?

Devenir membre

Rejoins la plus grande communauté d’acheteurs et vendeurs de Suisse.

Ricardo hors des murs

Nous sommes partout. Suis-nous.

Rester informé

Ne rate aucune actualité Ricardo !

Copy link
Powered by Social Snap